Bandeau
College Pierre de Ronsard Mornant
Slogan du site
Descriptif du site
Solidarité pour les générations futures
Article mis en ligne le 13 juin 2006
dernière modification le 11 juillet 2008

par Mathilde D.
logo imprimer

Nous vous proposons de découvrir un mode de culture sans produit chimique...
C’est l’agriculture biologique !!!

... et les produits locaux ?

L’agriculture biologique

La «  bio  » dit-on, est un peu d’amour à la planète :
<< Courtisan de la terre (tellement fragile, tellement maltraitée qu’elle disparaît sur des régions entières), le paysan bio la cajole, la respecte pour qu’elle donne pendant longtemps la nourriture aux humains >>, G. Le Jeloux, polyculteur éleveur ( Morbihan).
Mais il ne s’agit pas simplement de semer et de laisser faire !

 L’agriculture biologique, c’est :

  • du point de vue de la loi : ne pas utiliser de produit chimique de synthèse ni organismes génétiquement modifiés (OGM) ;
  • du point de vue technique : produire, produire longtemps par des pratiques respectueuses des équilibres naturels, de l’environnement et du bien-être animal.

Source : BT2 n°74 p 43

L’agriculture biologique se veut le modèle agricole du développement durable. Intégrant de fortes contraintes environnementales, elle contribue à la préservation des ressources naturelles pour les futures générations et prend ainsi le contre-pied d’un système de production conventionnel et intensif.

« Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la possibilité, pour les générations à venir, de pouvoir répondre à leur propres besoins ». Définition officielle donnée en 1987 dans le rapport Brundtland.

 Pourquoi l’agriculture biologique ?

Pour la santé de la terre ...

L’agriculture biologique vise à respecter les équilibres entre les organismes vivants du sol (bactéries, champignons, vers de terre...), les plantes et les animaux. Elle repose sur une Àœbonne gestion des dynamiques naturelles : elle s’applique à maintenir la vie des sols et le bien être animal.

Les agriculteurs bio s’interdisent d’utiliser des pesticides et engrais chimiques de synthèse.Attentifs à une fertilité durable des sols, ils pratiquent une rotation des cultures, sèment des engrais verts ou épandent des matières organiques compostées.


Pour lutter contre les parasites ou les mauvaises herbes, ils mettent en oeuvre des méthodes qui mobilisent une main d’oeuvre importante (désherbage mécanique ou thermique, protection des cultures contre les pucerons obtenue par des lâchés de coccinelles…)

Les pratiques culturales bio épargnent aux eaux souterraines ou de surface les pollutions chimiques dont certaines sont extrêmement difficiles à éliminer dans le processus de production d’eau potable.

L’agriculture bio respecte le paysage : haies conservées, moindre développement de voies de desserte pour assurer l’exploitation des terres et le transport des produits…

des animaux...

Côté élevage, l’agrobiologiste préconise le respect du bien-être animal, c’est-à-dire une alimentation bio, la limitation de substances médicamenteuses et une croissance lente des animaux. Les éleveurs biologiques attachent beaucoup d’importance au respect des processus et des rythmes naturels des animaux.

Les agriculteurs bio nourrissent les animaux essentiellement avec des aliments biologiques (de 90 à 100 % selon les espèces).
Ils assurent le bien-être dans les bâtiments d’élevage et accès au plein air.
Ils limitent le recours aux antibiotiques (plus de deux traitements par an retirent à l’animal sa qualité bio).
Les thérapeutiques alternatives, notamment l’homéopathie, sont fréquemment utilisées.

...et des hommes

les travaux scientifiques les plus récents montrent que les méthodes de production exercent une profonde influence sur la qualité et les composants de nos aliments.

Une garantie de produits contrôlés et certifiés

Chaque producteur est régulièrement contrôlé par des organismes indépendants, agréés par l’Etat.Ils vérifient la bonne application des cahiers des charges sur la base de la réglementation européenne en vigueur. Les produits végétaux et animaux conformes aux règlements sont commercialisés sous le logo AB,propriété du Ministère de l’Agriculture Français.

Pour être étiquetés comme tels, les produits doivent au minimum contenir 95 % d’ingrédients d’origine biologique.

La période de conversion
L’agriculteur soucieux de convertir ses terres à la production biologique doit observer une période transitoire, dite de « conversion ».
Durant cette période (2 ans pour les cultures annuelles, 3 ans pour les pérennes, c’est à dire vignes et arbres fruitiers), le producteur doit mettre en œuvre les principes de production biologique. La récolte ne pourra être commercialisée avec le logo AB qu’après cette période.

Les produits locaux

Les raisins, les fraises en hiver, c’est bon mais...

On dit que pour sauver la planète, on peut aussi manger local, des produits de saison.

Le voyage d’un produit venant d’Afrique, pour l’Europe est long. Il est transporté en :

  • 4x4 (pour les petits paysans)
  • camion (jusqu’à l’aéroport ou le port)
  • bateau ou avion (jusqu’en Europe)
  • camion (jusqu’ à votre super marché)

Le chemin parcouru par une banane de son arbre jusqu’à votre bouche est donc coûteux et polluant. On peut l’éviter en mangeant des produits locaux. Bien sûr, plus de raisins, de fraises, en hiver...mais des produits de chez vous, à déguster avec délice.




puceMentions légales puceEspace rédacteurs puce



2005-2019 © College Pierre de Ronsard Mornant - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.90
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2 Hébergeur : ac-lyon.fr